Quid?

Comme pour beaucoup des gens, le grenier est l’endroit où j’entasse, avec seulement assez d’ordre pour me donner bonne conscience, tous les objets dont je n’ai pas ou plus l’usage dans la vie de tous les jours mais dont cependant je ne désire pas me débarrasser.

Ce grenier virtuel joue à peu près le même rôle. On y trouvera donc tous les objets qui ne me paraissent pas dignes de figurer au salon mais qui cependant me semblent suffisamment intéressants pour être conservés et, qui sais ? pour être montré aux amateurs de curiosités.

Mais encore ? Des idées que je n’ai pas eu le temps ou le désir d’approfondir, des citations qui me paraissent donner à penser, des images, des réflexions plus ou moins décousues sur des sujets plus ou moins sérieux, bref un bric à brac sans prétention mais peut-être pas totalement dénué d’intérêt. Aux curieux de se faire leur idée.

Mais attention à la poussière, et, pour ne point être déçu, n’oubliez pas que si les greniers peuvent recéler leur lot de bonnes surprises ils ne sont pas habituellement l’endroit où l’on dissimule ses possessions les plus précieuses.

Bonne fouille.

mercredi 28 décembre 2011

Le bulldozer de Vitry-sur-Seine



Guy Mollet (je crois) disait perfidement des communistes qu’ils n’étaient pas à gauche mais à l’Est. Ce qui, au niveau des organes dirigeants, était tout à fait exact, à l’époque. A cette époque lointaine où le PCF, et son antenne la CGT, ne s’étaient pas encore recyclés dans la défense des sanpapié et la promotion de la diversité. A l’époque où les 35 heures n’étaient pas encore considérées comme un acquis social mais comme une ruse de la bourgeoisie pour gruger le prolétariat.
Je ne sais pas s’il faut parler de nostalgie, car le PCF de cette époque n’avait rien de particulièrement aimable, mais parfois je ne peux m’empêcher d’éprouver un vague regret de cette extrême-gauche stalinienne, nuisible, bornée, disciplinée, si prévisible mais en même temps, en dépit de son internationalisme officiel, si souvent chauvine voir même - horribile dictu ! - xénophobe.
Oui, parfois, et puisque l’existence de l’extrême-gauche semble inévitable, on aurait envie de lui dire : « pardon, un peu moins au Sud s’il vous plait. »


« En décembre 1980, pour ouvrir la campagne présidentielle, il [le parti communiste] monte dans l’un de ses fiefs, Vitry-sur-Seine, en présence du maire, une opération bulldozer pour détruire le bâtiment d’un foyer de travailleurs immigrés. Puis, en février 1981, les élus municipaux organisent à Montigny-lès-Cormeilles une manifestation de délation contre une famille marocaine accusée d’être pourvoyeuse de drogue. Le jeune maire communiste de la ville, Robert Hue, est à la manœuvre, si peu connu alors que relatant l’évènement L’année politique de 1981 le baptisera sans malice Robert... Hué. Dans son programme présidentiel, Georges Marchais met en avant le thème de « créer et produire français » et de l’arrêt de l’immigration. Il défend les 40 heures de travail hebdomadaire contre les socialistes qui veulent passer aux 35 heures et qu’il accuse de vouloir baisser le pouvoir d’achat de la classe ouvrière. »

Jérome Jaffré, « La bataille électorale de 1981 », Commentaire n°136

13 commentaires:

  1. Cher Aristide,

    La petite photographie est celle d' un Caterpillar D10T, les israéliens en ont construit une version blindé.

    http://en.wikipedia.org/wiki/File:D9R_rpg-armor06a.jpg.

    Les palestiniens le nomment "Le monstre sioniste"

    Bonne fête de fin d'année.

    Pour votre article , c'est une époque que les moins de 20 ans ne peuvent connaître.

    Dire que Claude Pompidou avait mis de la moquette partout dans le Palais de l' Elysée pour ne pas entendre Georges Marchait.

    RépondreSupprimer
  2. Bel engin, n'est-ce pas?
    Bonne réveillon à vous aussi.
    (et je crois que c'est Georges MarchaiS...)

    RépondreSupprimer
  3. Post-scriptum : vous avez remarqué la subtile référence à Tintin?

    RépondreSupprimer
  4. C'est exact pour la camarade Marchais, mais pour une fois j'ai accordé le sujet et le verbe.

    La référence à Tintin ne me saute pas aux yeux mais je n'ai jamais été très subtil, les charades,les devinettes et autres ne furent jamais ma tasse de thé.

    A propos de Tintin, avez vous été voir le film?

    Personnellement, j'avais peur d'être trop déçu et puis je pense que Spielberg n'a pu s'empêcher "Indianisé" le héros d' Hergé.

    RépondreSupprimer
  5. Non, je n'ai pas été voir le film. Je n'en ai pas entendu trop de bien.
    Et pour ma référence je crois qu'il s'agit du Secret de la Licorne, une réplique de Tournesol en tout cas.

    RépondreSupprimer
  6. Les temps zont bien mal changé.
    J'ai personnellement vu une manif contre le recul de l'âge de la retraite, manif menée par la CGT et donc le PCF. Dans cette manif, en bonne place, trônait une banderole "France terre d'asile et d'accueil".
    Rideau sur ces champions du paradoxe.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Aristide,

    Dans mes nombreuses passions immodérées(Je suis devenu accro à cette expressions qui me colle à la peau),se trouve Tintin.

    J' ai donc feuilleté l' album se rapportant à l' aventure que vous citiez enfin plus exactement le deuxième; le "Trésor de Rackam le Rouge" et c'est vers la fin que le Professeur Tournesol cite cette phrase que le trésor se trouve :" Plus à l'Ouest"; " l' Ouest,toujours l' Ouest"; en page 39.

    Voilà, je tenais que je lis toujours avec attention vos billets toujours si bien écrits.

    Si un jour les "bouffeurs de temps"* me laissaient un peu plus de liberté et que je puisse ouvrir un blog, je l' appellerais : " Passions immodérées".

    Bien à vous.

    * "Bouffeurs de temps"; est le petit surnom que j'ai donné à mes enfants (4).

    RépondreSupprimer
  8. Carine :

    Sic transit gloria mundi, pas vrai?

    Grandpas :

    Peut-être est-ce un autre album alors. Je revois le capitaine Haddock contemplant un portrait de Tournesol, un verre à la main bien sûr, et Tournesol se tourne vers Haddock et lui dit "pardon, un peu plus à l'Ouest". Mais ce ne sont que des souvenirs et je ne peux pas vérifier, je n'ai pas d'albums de Tintin chez moi... (ne le répétez pas s'il vous plait).

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Aristide,

    Il s'agit de l'album "Les 7 boules de cristal"; suite à la disparition de Tournesol, Haddock se lance à sa recherche et boit un dernier verre de son whisky préféré. Là, le portrait de Tournesol se dédouble pour lui dire : " Pardon, un peu plus à l'ouest".

    Quant à moi, cher Aristide je n'ai aucun classique de la littérature française dans ma petite bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  10. Les 7 boules de cristal. C'est bien ça. Merci.
    Et quand ouvrez-vous votre blog?

    RépondreSupprimer
  11. Je ne sais plus si je vous ai déjà présenté mes respects ainsi que mes voeux pour l'année toute neuve, Aristide !
    Si c'est fait, deux fois valent mieux que pas du tout ^^

    RépondreSupprimer
  12. Merci Carine, mais oui vous l'aviez déjà fait, sur le blog-mère comme dirait l'autre.
    Tout mes voeux en retour si je ne l'ai pas déjà fait^^

    RépondreSupprimer
  13. Cher Aristide,

    Ouvrir un blog, j'y pense mais pour cela il faudrait deux choses:

    1) du temps.

    2) Du talent.

    Pour le numéro 1, tant que mes "bouffeurs de temps" seront en la maison, le temps me sera compté.

    Pour le numéro 2,je n' ai pas ni votre talent ni votre parfaite maîtrise de la langue française et puis qui pourrait s' intéresser à ma passion des voitures, du foot américain, du sumo et autres bizarreries qui me passent par la tête.Bien d' autres personnes le font très bien.

    Mais merci de votre soutien enfin qui sait ce que l'avenir nous réserve.

    RépondreSupprimer