Quid?

Comme pour beaucoup des gens, le grenier est l’endroit où j’entasse, avec seulement assez d’ordre pour me donner bonne conscience, tous les objets dont je n’ai pas ou plus l’usage dans la vie de tous les jours mais dont cependant je ne désire pas me débarrasser.

Ce grenier virtuel joue à peu près le même rôle. On y trouvera donc tous les objets qui ne me paraissent pas dignes de figurer au salon mais qui cependant me semblent suffisamment intéressants pour être conservés et, qui sais ? pour être montré aux amateurs de curiosités.

Mais encore ? Des idées que je n’ai pas eu le temps ou le désir d’approfondir, des citations qui me paraissent donner à penser, des images, des réflexions plus ou moins décousues sur des sujets plus ou moins sérieux, bref un bric à brac sans prétention mais peut-être pas totalement dénué d’intérêt. Aux curieux de se faire leur idée.

Mais attention à la poussière, et, pour ne point être déçu, n’oubliez pas que si les greniers peuvent recéler leur lot de bonnes surprises ils ne sont pas habituellement l’endroit où l’on dissimule ses possessions les plus précieuses.

Bonne fouille.

vendredi 2 décembre 2011

Les aventures d'Olaf le koala

Dans un récent échange avec l'Amiral Woland, ce dernier a suggéré que nous fassions baptiser notre koala-mascotte.
L'idée me semble excellente. J'imagine que la cérémonie pourrait ressembler à quelque chose comme ça. Il me tarde d'y être.




6 commentaires:

  1. Quoi, avec un prêtre en grande tenue ? Vous n'êtes plus à la page, Aristide. Aujourd'hui, pour être dans le vent, on fait des baptêmes républicains, en mairie. ça, c'est l'avenir. Et on demandera à l'Indien d'être le parrain, ça lui fera plaisir. Au fait, comment voulez-vous l'appeler, ce koala ?

    RépondreSupprimer
  2. Ah mais non, Mat, on veut un vrai baptême, avec de vraies prières et de vraies morceaux de religion dedans. Vous avez pensé au salut éternel de ce pauvre koala, hum?
    Pour ce qui est de l'Indien comme parrain, j'hésite. Vous croyez qu'il connait seulement son signe de croix?

    RépondreSupprimer
  3. Et avez vous surtout pensé au salut éternel de tous les olafs, hein ?

    RépondreSupprimer
  4. Ça va pas l'indien et pourquoi pas "Nicolas loin du clavier" tant que vous y êtes!

    L Indien, le pauvre koala après une heure avec cet individu, il sera bon pour une psychanalyse.

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai que si on veut que ce pauvre animal développe un brin de bon sens ce n'est pas le genre de fréquentation rêvée.
    Non, pour parrains et marraines nous prendrons des gens à la moralité irréprochable, aux états de service impeccables, à l'intelligence incontestable.
    Le mieux serait sans doute de passer un appel d'offres.
    Ceux qui sont intéressés peuvent commencer à envoyer leurs CV.

    RépondreSupprimer
  6. - Comment on va l'appeler, ce petit ?
    - Lénine Liberio Antonio.
    - Alors, allez le faire baptiser chez les cosaques.

    Don Camillo

    RépondreSupprimer