Quid?

Comme pour beaucoup des gens, le grenier est l’endroit où j’entasse, avec seulement assez d’ordre pour me donner bonne conscience, tous les objets dont je n’ai pas ou plus l’usage dans la vie de tous les jours mais dont cependant je ne désire pas me débarrasser.

Ce grenier virtuel joue à peu près le même rôle. On y trouvera donc tous les objets qui ne me paraissent pas dignes de figurer au salon mais qui cependant me semblent suffisamment intéressants pour être conservés et, qui sais ? pour être montré aux amateurs de curiosités.

Mais encore ? Des idées que je n’ai pas eu le temps ou le désir d’approfondir, des citations qui me paraissent donner à penser, des images, des réflexions plus ou moins décousues sur des sujets plus ou moins sérieux, bref un bric à brac sans prétention mais peut-être pas totalement dénué d’intérêt. Aux curieux de se faire leur idée.

Mais attention à la poussière, et, pour ne point être déçu, n’oubliez pas que si les greniers peuvent recéler leur lot de bonnes surprises ils ne sont pas habituellement l’endroit où l’on dissimule ses possessions les plus précieuses.

Bonne fouille.

dimanche 2 mars 2014

La colonisation? Un bilan globalement positif assurément




Les progresseux aiment beaucoup citer Renan. Enfin, ils aiment surtout citer une ou deux phrases extraites de Qu’est-ce qu’une nation et selon lesquelles ce qui constituerait une nation serait avant tout « le désir de de vivre-ensemble ». Ah, le merveilleux vivre-ensemble ! On comprend qu’ils l’aiment ce Renan là. Je ne suis pas très progressiste, c’est entendu, mais j’aime faire plaisir à tout le monde autant qu’il m’est possible, aussi vais-je ressortir de mes tiroirs une citation de Renan que j’avais un peu oublié mais qui me parait bien digne d’être partagée et qui, n’en doutons pas, devrait ravir ses admirateurs vivre-ensemblistes.
Ce que c’est, tout de même, que d’être généreux…

« Une nation qui ne colonise pas est irrévocablement vouée au socialisme, à la guerre du riche et du pauvre. La conquête d’un pays de race inférieure par une race supérieure qui s’y établit pour le gouverner, n’a rien de choquant. L’Angleterre pratique ce genre de colonisation dans l’Inde, au grand avantage de l’Inde en général, et à son propre avantage. Autant les conquêtes entre races égales doivent être blâmées, autant la régénération des races inférieures ou abâtardies par les races supérieures est dans l’ordre providentiel de l’humanité. L’homme du peuple est presque toujours chez nous un déclassé ; sa lourde main est bien mieux faite pour manier l’épée que l’outil servile. Plutôt que de travailler, il choisit de se battre, c’est-à-dire qu’il revient à son premier état. Regere imperio populos, voilà notre vocation…La nature a fait une race d’ouvriers, c’est la race chinoise, d’une dextérité de main merveilleuse sans presque aucun sentiment d’honneur ; gouvernez la avec justice, en prélevant d’elle pour le bienfait d’un tel gouvernement un ample douaire au profit de la race conquérante, elle sera satisfaite ; une race de travailleurs de la terre, c’est le nègre ; soyez pour lui bon et humain, et tout sera dans l’ordre ; une race de maîtres et de soldats, c’est la race européenne. »

5 commentaires:

  1. Tiens, il a oublié les arabes, je parle ici des "de souche" ceux habitant le moyen-orient, qu'en aurait il dit?

    Les anciens égyptiens les considéraient comme des pillards, le terme anglais de 'Raisers" leurs conviendraient mieux.

    De nos jours, un texte serait interdit.

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas ce que Renan a écrit de mieux. Les textes justifiant la colonisation sont, en général, assez lourdingues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. Mais il n'est pas mauvais de savoir qu'il l'a écrit.

      Supprimer
  3. Le sinistre Renan a depuis longtemps gagné un place de choix ici: http://hydra.forumactif.org/t8-best-of-de-la-pensee-reactionnaire-et-contre-revolutionnaire

    Notez bien que Blum, la sainte figure tutélaire du PS, ne valait pas mieux:

    "Nous avons trop l'amour de notre pays pour désavouer l'expansion de la pensée, de la civilisation françaises... Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d'attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science et de l'industrie."
    -Léon Blum, le 9 juillet 1925 à la Chambre des députés.

    RépondreSupprimer